Performance énergétique et environnementale

Source:
Fordaq JT
Visites:
421
  • text size

Alternativtext

L'auditoire de l'atelier C1 (Photos: NVBCOM)

Par le passé, au Forum, les questions de performance énergétique du bâti ont été abordées à de multiples reprises. Que de projets à niveau de performance passif, voire zéro énergie, ou à énergie positive ? Il faut l'avouer, la question de la performance

Alternativtext

L'animateur Stéphane Cochet

énergétique occupe un peu moins le devant de la scène par les temps qui courent, à tort ou à raison. Pour un peu, le Forum n'y aurait consacré aucun atelier. Et voilà que, relégué en mode salle, en atelier scientifique C1, il a d'emblée attiré du monde. L'animation avait été confiée à Stéphane Cochet, l'architecte de Bois Debout, qui avait déjà fait part de ses convictions il y a deux ans à Nancy, dans un atelier B où il avait présenté un projet dont la construction avait été retardée. Deux ans plus tard, l'opération est terminée et dispose des résulats d'une première saison de chauffe, ainsi que de ceux, pas encore totalement parlants, d'un été pendant lequel de nombreux logements étaient encore inoccupés. Les résultats mesurés dans les deux cas sont pourtant encourageants, plus performants que ne le laissent présumer les calculs conventionnels. Et ce n'est pas là une mince affaire, Stéphane Cochet mettant ces performances en relation avec les retours d'expérience relatifs à la RT2012, qui montrent des écarts saisissants entre les valeurs calculées et les consommations effectives, dans la plupart des cas.

Alternativtext

Aline Duverger

Un programme chargé 

De fait, l'atelier C1 visait à faire une large place aux retours d'expérience pour avancer sur des bases solides vers les étapes nouvelles de l'énergie positive et de la performance environnementale. Stéphane Cochet a posé le débat en ces termes : "A l'heure du lancement de l'expérimentation E+C- en vue de la préfiguration de la future réglementation PEBN (Performance Environnementale des Bâtiments Neufs), de l'actualisation récente de la RT par éléments pour la réhabilitation du bâti existant, qu'en est-il de l'évaluation des modèles issus de la RT2012 ?

Alternativtext

Christian Fanguin

Un programme chargé 

La future réglementation associant performance environnementale et performance énergétique va-t-elle changer les paradigmes ? Quels en sont les conséquences pour la construction bois. (http://www.batiment-energiecarbone.fr/) Les études présentées dans le cadre de l'atelier C1, présentent les résultats de campagne de mesure et démarches de conception associant, construction bois-performance énergétique et environnementale tant en construction neuve qu'en réhabilitation ainsi que les premiers retours d'évaluation de l'approche E+C- appliquée à la construction bois :

Alternativtext

Marika Frénette et Brice Guénego de Wigwam

Un programme chargé 

1: Premiers retours de mesure de l'opération passive « Bois Debout » à Montreuil,

2: Evaluation de la construction bois dans le cadre de la future réglementation environnementale des bâtiments neufs , 

3: BAO RT2012 MI, outil simplifié de dimensionnement RT de construction bois pour MI,

4: Rénovation thermique Facteur 10 en matériaux biosourcés de 42 logements,

5: Bois PE, Comparatif de 3 constructions Bois RT2012, BePAS et BePOS,

6: Projet Bois et BePOS en matériaux locaux pour la construction du siège de la communauté de commune d'Oisans,

7: Démarche Eco bilan – E+ appliquée au bâtiment de l'administration de la nature et de la forêt à Diekrich à Luxembourg,

8: Analyse de l'approche E+C- pour la construction bois,

9: Premiers retours sur l'expérimentation E+C- sur bâtiments bois

Un programme chargé 

Alternativtext

Antoine Pagnoux, ASP Architecture

Cela faisait vraiment beaucoup pour un atelier de 90 minutes, de sorte que les interventions ont été minutées. C'était dommage pour l'opération de la communauté de communes d'Oisans, notamment, même si cette opérations est encore actuellement en cours. D'un autre côté, il semblait judicieux d'alterner les considérations théoriques avec des études de cas pratiques. Il aurait fallu deux ateliers successifs pour le même programme, d'autant qu'il fallait mener un débat et évoquer la question épineuse des ACV et DPE du bois, les performances environnementales assez contrastées entre les différents systèmes constructifs en bois, avec actuellement un net bémol du côté du CLT, comparé au LVL et à l'ossature. En clair, le recours au bois n'est pas une garantie de performance environnementale, en encore moins de performance comparée avec le béton, du moins si l'on s'en tient aux attestations officielles. En d'autres termes, ce n'est pas là-dessus que le bois va faire la différence, du moins pas forcément, et il est utile de s'y préparer dès maintenant pour ne pas tomber dans le même piège que pour la RT2012, prise à tort pour du pain béni par la construction bois.

Alternativtext

André Pouget de Pouget Consultants

Conclusion de Stéphane Cochet

"La performance énergétique et carbone, ne doit pas se limiter a une performance sur papier par simulation thermique ou calcul RT dont les hypothèses de calcul restent à vérifier et à valider, mais bien s'inscrire dans le réel de la vie et de l'usage des bâtiments suivant une démarche scientifique, confrontant hypothèses constructives et campagnes de mesure in vivo si l'on veut tendre vers une garantie de résultat et un modèle efficient. Suivant les premiers retours, il semble que le modèle français continue à privilégier une approche de la performance énergétique par système plus que par la valorisation d'une qualité d'enveloppe performante et passive, pourtant plus résiliente dans le temps qu'un système actif et commandé. Les objectifs a atteindre ne doivent pas seulement viser la performance énergétique, mais s'inscrire dans une démarche de confort et de qualité sanitaire accrue et notamment de la QAI. Elle doit en outre intégrer les coûts induits en charge sur les postes P2/P3 qui impactent les charges des habitants plus encore que les consommations énergétiques (P1) dans les bâtiments performants. La question de l'instrumentation des bâtiments nous semble être la voie la plus scientifique si l'on veut tendre vers une garantie de résultat des performances énergétiques. Elle permet aussi d'accompagner les gestionnaires d'immeuble et les responsables de l'entretien maintenance dans une démarche de qualité liée au commissionnement des installations (http://www.costic.com/poles-de-competence/commissionnement)."

Postez un commentaire