Constructions mixtes : gérer les interfaces

Source:
Fordaq JT
Visites:
474
  • text size

Alternativtext

De g. à droite : Barthès, Ware, Briand (Photos: NVBCOM)

La mixité est une évidence sur le marché, et ne cesse de s'enrichir en s'étendant au-delà de l'association du bois et du béton. L'an dernier, le Forum bois construction avait dédié un atelier à la mixité en plancher. Cette année, l'accent devait en principe être mis sur les interfaces. En fait, il a été plutôt question de mixité tout court,

Alternativtext

Avec Wolfgang Winter en plus

dans un atelier assez chargé placé en grand auditorium, avec la présentation quelques opérations-phares. Un atelier mixte en somme, car les interventions du professeur Winter et d'Alexandre Rossignon de NEy&Partners ont constitué des points d'ancrage techniques.

 

Alternativtext

Dominique Millereux, animateur

L'interface est un bon sujet quand la mixité concerne le bois-béton, c'est-à-dire, sous la forme la plus courante, une structure en béton sur laquelle vient s'accrocher l'ouvrage en bois, que ce soit en façade seulement ou à partir d'un simple noyau, par les planchers. Le bâtiment naguère pionnier de l'éminente école de Bienne montre à quel point la jonction entre ces deux types d'ouvrage peut êter problématique dans le temps. On pourrait fort bien revenir sur les questions d'interface des murs porteurs en bois présenté ces dernières années

Alternativtext

Véronique Klimine

par Arbonis et Bouygues, revenir aussi sur les modes d'interface des façades préfabriquées en bois rapportées sur du béton, une spécialité de Socopa qui a cependant sué sang et eau pour maîtriser le sujet. Dans le cas de l'association d'un noyau béton et d'une structure porteuse en bois, qui sera sans doute la règle de fait des ouvrages de moyenne et grande hauteur, la question de l'interface n'est pas anodine, car le noyau sert en général de contreventement et l'exposition au vent devient très importante.

D'un autre côté, une certaine flexibilité est sans doute de mise compte tenu des comportements différents du béton et du bois. 

 

Alternativtext

Wolfgang Winter

S'ajoutent les questions de protection au feu et d'acoustique. Gageons que le Forum reviendra sur ces questions techniques à l'occasion de la concrétisation des projets d'ouvrages de moyenne hauteur. Mais il existe encore d'autres formes d'interfaces. Celles entre le bois et l'acier semble assez pratiques, du moins dans l'association de poutres BLC et de poutres en acier. 

Alternativtext

Jean-Marc Grémillet et Nicolas Barthès

L'UICB, du temps de FIBC et sous la commande de Dominique Millereux, a fait un gros travail de répertoire des assemblages, et la constitution d'un répertoire des interfaces serait sans doute de grande utilité. C'est qu'il s'agit non seulement d'associer le bois, le béton et l'acier, voir la brique, mais plus précisément le CLT, l'ossature bois, les poteaux-poutre BLC, les poutres et poteaux en acier, le béton préfa, le béton coulé en place, le Befup... Les interfaces sont dans ces associations de matériaux des points sensibles à la fois en termes de dimmensionnement, de calcul, de mise en oeuvre et et d'usage. Le sujet mériterait un Forum à lui tout seul et n'a pas été épuisé à Nancy, loin de là. Dominique Millereux animait avec Gil Briand un atelier protéiforme dont se sont tout de même dégagées quelques lignes directrices. 

Alternativtext

Pierre Payrard

Les réflexions préliminaires de l'architecte Véronique Klimine sur la mixité ont largement pris appui sur l'évolution du chantier de gymnase culturel d'Alby-sur-Chérans

Alternativtext

Jean-Paul Roda

déjà évoqué l'an dernier au Forum de Lyon. De façon spectaculaire, ce projet associe et juxtapose des techniques constructives, acier, bois, béton. Sur cette base pratique sont venue se greffer les réflexions du profeseur Winter, réflexions d'ingénieur qui ont très largement débordé sur les dix minutes assignées. Mais il s'agissait d'un tour d'horizon magistral faisant entre autre référence aux travau menés depuis de sannées par Winter pour associer acier et feuillus au sein de poutres mixtes. Plus

généralement, il a fait émerger l'idée selon laquelle l'association des matérieu ne pouvait se contenter d'une superposition, il fallait chercher à ce que 1+1 soit égal à plus que deux. La réflexion est passionnante, mais ensuite, elle n'a pas vraiment ressurgi dans les présentations d'opérations mixtes comme le collège Jean Lamour à Nancy ou le Solaris de Grenoble, et malheureusement, le programme trop chargé et les dépassements n'ont pas non plus permis de faire émerger par le débat un fil conducteur. 

 

Alternativtext

David Bosch 

Tout de même, les deux dernières interventions, rapides, touffues, ont 

Alternativtext

Steven Ware  

fait écho à l'idée de Winter, notamment par le biais d'associations du bois et de l'acier. Pour l'

immeuble Opalia d'Art&Build à Paris, il s'agit d'une réinterprétation en phase d'exécution, qui pourra avoir une répercussion sur les prochaines opérations de tours en bois de l'agence. Quant à l'intervention de Rossignon, c'est un peu un modèle de ce qu'on attend du Forum: un contenu technique riche mais bien illustré et présenté de façon très pédagogique, enlevée, bien au niveau de l'ingénierie mais tout de même stimulante pour les architectes. Une présentation nourrie par des opérations

Alternativtext

Alexandre Rossignon

 hors normes, innovantes sur le plan de l'utilisation du CLT. C'est que, exception faite des façades Vierendeel CLT-acier de l'immeuble Inquiétude de Bruxelles, le sujet portait effectivement sur des "urbanisations atypiques en CLT". On comprend qu'il existe encore au Forum une marge de progression pour mieux parvenir à une osmose entre la thématique et les conférences. A moins qu'il ne puisse être toujours questions en pratique que de compromis, dès lors que l'accent est volontairement mis en premier lieu sur l'actualité de la construction.

Postez un commentaire