Le Parlement européen vote deux lois relatives à la réduction des émissions de CO2

avril 19, 2018
Source:
EU Parl./IHB/JT
Visites:
450
  • text size

On estime que les forêts de l'UE stockent près de 10% des émissions de gaz à effet de serre de l'UE. D'ici 2030, les émissions de CO2 émanant des transports, de l'agriculture, du Bâtiment et des déchets doivent baisser de 30% par rapport à 2005, et même de 37% dans le cas de la France. Il faudra d'ici 2030 rétablir l'équilibre entre les émissions et la captation de CO2 dans l'agriculture et la foresterie. C'est du moins ce que prescrivent deux projets de loi votés par le Parlement européen mardi dernier. 

Les objectifs européens doivent être ventilés au niveau national sous forme d'objectifs chiffrés pour des secteurs qui ne tombent pas sous le coup du système européen des échanges d'émissions, soit l'agriculture, les transports, le Bâtiment et les déchets, qui représentent ensemble à peu près 60% des émissions de gaz à effets de serre de l'UE. L'Allemagne devra réduire ses émissions sur ces segments de 38%, l'Autriche 36%, la France 37%. Ces réduction devraient contribuer à atteindre les objectifs climatiques avec une réduction globale des émissions de l'ordre d'au moins 40% par rapport à 1990. 

Le règlement sur la répartition de l'effort (Effort Sharing Regulation) exige de tous les gouvernements qu'ils accélèrent les investissements verts pour juguler les émissions de l'agriculture, des transports, du Bâtiment et des déchets, précise le rapporteur  Gerben-Jan Gerbrandy (ALDE, NL).

La foresterie contre le changement climatique

Le Parlement a également voté pour un second projet de loi qui vise à juguler les émissions de gaz à effet de serre par l'usage qui est fait des terres et des forêts, et par l'augmentation de la captation de CO2 par les forêts (LULUCF). Pour l'instant, les forêts européennes captent environ 10% des gaz à effet de serre émis par l'Europe (UE). 

Le projet de loi fixe les règles selon lesquelles les pays de l'UE doivent s'assurer que la déforestation sera compensée par la plantation d'arbres. Et il prescrit des mesures visant à développer ce secteur afin d'augmenter la captation de CO2 par les forêts, les labours et les prairies. 

Les députés ont renforcé ces mesures par un amendement qui prescrit que les pays membres doivent s'assurer qu'à compter de 2030, l'ensemble du secteur agricole et forestier absorbera plus de CO2 qu'il n'en émettra. Et ce en cohérene avec les objectifs à long terme de l'UE et des Accords de Paris.  

„LULUCF traite de la contribution de l'agriculture et de la foresterie à la lutte contre le changement climatique", estime le rapporteur Norbert Lins (EVP, DE). Le projet de loi renforce la bio-économie. La production de bois d'oeuvre et de bois d'énergie est favorisée, et s'accompagne d'une gestion durable des forêts et d'une foresterie puissante en Europe. 

Le projet de loi sur la répartition des efforts a été adopté par 343 contre 172 avec 170 abstentions. LULUCF a obtenu 574 voix pour, 79 voix contre et 32 abstentions. Le Conseil devra valiser ces deux projets de loi pour qu'ils soient promulgués.